Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

Michael Jackson : une mort de plus en plus trouble


Michael Jackson : une mort de plus en plus trouble

Les dernières heures de la star, décédée jeudi, suscitent de nombreuses interrogations, notamment sur le rôle de son médecin personnel. Une deuxième autopsie a été demandée.

 
 Stéphane Sellami | 28.06.2009, 07h00

Trois jours après la mort brutale de Michael Jackson à Los Angeles en Californie (Etats-Unis), les policiers de la brigade criminelle de la Cité des anges ont désormais la lourde charge de faire toute la lumière sur les dernières heures du chanteur, âgé de 50 ans. Le jour et le lieu des funérailles de la star, dont la famille a récupéré la dépouille en toute discrétion, n’ont pas encore été fixées.

Une deuxième autopsie réclamée. « Il ne respire plus, il ne respire plus. On essaye de lui faire un massage cardiaque. Il est inconscient...» Ce sont les premiers mots lâchés, au téléphone, jeudi, vers 12 h 30 par un employé de Michael Jackson aux pompiers. L’homme ajoute que le médecin personnel du chanteur se trouve à ses côtés et essaye de le réanimer. Une première autopsie, qui a duré près de trois heures vendredi, a conclu à l’arrêt cardiaque et permis d’écarter un acte criminel. Les résultats des analyses toxicologiques, effectuées pour déterminer la présence de traces de médicaments ou de drogue dans son organisme, ne seront pas connus avant quatre à six semaines. Hier, l’institut médico-légal de Los Angeles a annoncé que la famille de Michael Jackson avait réclamé dès vendredi une seconde autopsie. Plus tôt, le célèbre révérend Jesse Jackson, qui n’a aucun lien de parenté avec l’idole, avait jugé utile une « autopsie indépendante », tout en s’interrogeant sur le rôle joué par le médecin personnel de Michael Jackson : « Il y a des soupçons qui planent sur ce médecin, avec raison, car tout autre médecin dirait : Voici ce qui s’est passé pendant ses dernières heures, j’étais là. Je lui ai donné des médicaments. L’automédication n’est pas le problème. Le problème, c’est le médecin. »

L’obscur rôle du Dr. Murray. Le cardiologue Conrad Murray, 51 ans, se retrouve aujourd’hui au coeur des interrogations. Exerçant en Californie, dans le Nevada et au Texas, il était au chevet de Bambi depuis trois ans. Il se trouvait encore aux côtés de Michael Jackson au moment de son malaise cardiaque survenu à son domicile de Holmby Hills. Conrad Murray a ensuite quitté le manoir à l’arrivée des secours avant de réapparaître à l’hôpital aux côtés du clan Jackson. Son véhicule, laissé sur place, a été saisi par la police et le docteur doit être à nouveau interrogé, dans les prochaines heures, avec son avocat. Il se serait, d’ores et déjà, déclaré étranger à la mort du chanteur.

Une santé précaire. Très mauvais pour certains, relativement bon pour d’autres, l’état de santé réel de l’icône de la pop musique avant sa mort reste flou. En pleine préparation de sa tournée marathon, Michael Jackson était apparu, la veille de son décès, « en excellente forme » selon Ken Ehrlich, le producteur des Grammy Awards. Un responsable de la société qui produisait les concerts de Londres, Randy Phillips, l’a trouvé « fantastique », mercredi soir. Ed Alonzo, un magicien associé au spectacle, a indiqué que la répétition s’était prolongée après minuit. Ce soir-là, Michael Jackson s’était plaint d’une laryngite. De son côté, le réalisateur Bryan Stoller, qui l’avait vu au mois d’avril, avait été frappé par sa « perte de poids ». « Je l’ai serré dans mes bras et j’ai serré ses os, a-t-il déclaré. Je ne pouvais pas croire qu’il était prêt pour la tournée. » Une chose est sûre : les multiples opérations de chirurgie esthétique subies par la star avaient considérablement nui à son organisme.

Une addiction aux antidouleur. Un nom de médicament revient en permanence : le Demerol. Ce produit, un puissant analgésique utilisé comme substitut à la morphine, aurait été prescrit très régulièrement à Michael Jackson depuis son accident au cours du tournage d’un clip vidéo, en 1984. Le chanteur avait été brûlé au cuir chevelu. Une heure avant son décès, une injection de Demerol lui aurait été administrée. Brian Oxman, l’avocat de la famille Jackson, a confirmé que l’artiste prenait des médicaments pour se remettre en forme. « Les gens de son entourage lui ont permis d’avoir accès à des médicaments, a-t-il précisé. Si vous pensez qu’il y a eu des abus dans l’affaire d’Anna-Nicole Smith ( NDLR : une starlette décédée en 2007 après une surdose médicamenteuse ), ce n’était rien à côté de ce que nous avons vu dans la vie de Michael Jackson. »

Le Parisien