Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Nouveau sous-projet sur Ibercivis

Publié le par Polynésia/

Un réseau de 30.000 citoyens bénévoles aide dans la recherche de nouvelles stratégies contre le cancer.

Ibercivis se met au service du projet Biosoft, dans lequel sont parties prenantes le CEIT-IK4, le Centre de Physique des Matériaux (CSIC-UPV/EHU) et le Centre de Physique International de Donostia (DIPC), et qui vise à faire avancer un projet lié aux technologiques de traitement du cancer et à la régénération des tissus endommagés.

Le projet Biosoft se sert de la capacité collaborative d'Internet pour la recherche sur le cancer. Des milliers d'ordinateurs appartenant à des citoyens bénévoles contribuent à la réalisation de ses objectifs en prêtant une partie de leur capacité de calcul. Il s'agit de mener à bien des simulations sur la libération contrôlée de médicaments dans le corps humain pour traiter la régénération des tissus endommagés.

La méthode choisie pour libérer les médicaments dans le corps consiste en l'introduction de fibres polymères nanométriques contenant le médicament. Il est libéré au fur et à mesure que le matériau qui le contient se dégrade. Le problème est le grand nombre de facteurs, et leur variabilité, qui doivent être pris en compte pour contrôler la vitesse de libération. La géométrie de la fibre, la nature du polymère utilisé et la façon dont le médicament est distribué sont quelques uns des éléments à étudier.

Devenir un scientifique à la maison est simple. Allez simplement sur le site www.ibercivis.es et téléchargez le programme Boinc. Il n'y a rien de plus à faire, le programme est démarré automatiquement lorsque l'ordinateur est allumé et connecté à Internet, et ce sans gêner l'utilisateur.

Merci à tous les bénévoles, tous ensemble nous pouvons y arriver !

Chercheurs, si vous êtes intéressés à utiliser Ibercivis il suffit de nous contacter via info@ibercivis.es, nous attendons votre projet!

 

http://boinc-af.org/projets-autres/1393-ibercivis.html

Commenter cet article