Le Dr Richelle Cooper, qui a prononcé le décès de Michael Jackson à l'hôpital, et son collègue Thao Nguyen ont tous deux assuré que Murray n'avait jamais mentionné le propofol quand ils lui ont demandé quels médicaments avaient été administrés au chanteur.

"Nous utilisons souvent le propofol pour certains types de procédures - pour réparer un os cassé ou une articulation déboîtée", a déclaré Cooper, ajoutant toutefois: "Je ne l'ai jamais vu utilisé dans une configuration privée."

Le pompier-secouriste Martin Blount a de son coté estimé devant la Cour supérieure de Los Angeles que Michael Jackson "semblait être mort depuis un certain temps" -- évalué à au moins 20 minutes minimum.

Ce témoignage contredit celui de Conrad Murray, qui assurait que Michael Jackson avait cessé de respirer une minute avant qu'il n'appelle les secours. Ces derniers sont arrivés dans la maison du chanteur quatre minutes après l'appel. Il coïncide en revanche avec le témoignage d'un autre secouriste, Richard Senneff, qui avait estimé mercredi que le chanteur avait probablement cessé de respirer entre 20 minutes et une heure avant l'arrivée des secours.

Martin Blount a également affirmé avoir été surpris de voir des flacons parce que le Dr Conrad Murray avait déclaré aux ambulanciers qu'il n'avait donné aucun médicament à Jackson. Il a ajouté que Murray avait aussi sorti une aiguille hypodermique, qu'il voulait utiliser sur le chanteur, ce que l'ambulancier et ses collègues auraient refusé.

Sources: Reuteurs / AFP / Le Point / Métro